navigation

Lutte contre la traite et insertion des personnes prostituées : un fonds indispensable pour appliquer un plan ambitieux 7 mai, 2015

Posté par pluriparite86 dans : Liens , 1 commentaire

Paris, le 7 mai 2015

COMMUNIQUE

Catherine Coutelle   Députée de la Vienne,

Présidente de la Délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale,

Vice-Présidente de la Commission spéciale de lutte contre le système prostitutionnel

Maud Olivier  Députée de l’Essonne,

Rapporteure de la Commission spéciale de lutte contre le système prostitutionnel

Guy Geoffroy    Député de Seine-et-Marne,

Président de la Commission spéciale de lutte contre le système prostitutionnel

 Lutte contre la traite et insertion des personnes prostituées : un fonds indispensable pour appliquer un plan ambitieux

Le 10 mai 2014, lors de la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, le Président Hollande érigeait le combat contre la traite des êtres humains au rang de priorité de l’Etat. Quelques jours plus tard, le 14 mai, le Gouvernement de Manuel Valls présentait son plan interministériel de lutte contre la traite des êtres humains.

En recrudescence dans le monde, la traite des êtres humains peut prendre des formes multiples et tout aussi inacceptables les unes que les autres. La prostitution en est aujourd’hui la principale en France, 90% des personnes prostituées sont prisonnières de mafia qui les asservissent et les exploitent.

Identifier et accompagner les victimes, poursuivre et démanteler les réseaux, faire de la lutte contre la traite une politique publique à part entière : les trois axes du Plan répondent aux exigences d’une action déterminée contre toute forme moderne d’esclavage, pour les droits des femmes et pour les droits humains.

Le Plan s’appuie sur un fonds dédié aux victimes de la traite et pour l’insertion des personnes prostituées. Najat Vallaud-Belkacem s’y était engagée, Pascale Boistard a tenu l’engagement : pour 2015, le fonds a été doté de 2,4 millions d’euros par le Secrétariat d’Etat aux Droits des femmes. La transversalité de ce plan implique la contribution d’autres Ministères, la Santé, la Justice et l’Intérieur. A la veille du 10 mai 2015, nous comptons sur les Ministres pour y veiller dans le PLF 2016.

C’est d’autant plus crucial que, cette année, en application, du Plan de lutte contre la traite des êtres humains, la proposition de loi relative au renforcement de la lutte contre le système prostitutionnel doit achever son parcours au Parlement. Cet outil essentiel pour compléter les moyens législatifs d’agir contre la traite des êtres humains, ne saurait être effectif sans des moyens budgétaires complets, nécessaires notamment pour accompagner les parcours de sortie de prostitution. L’exécutif a la responsabilité de s’assurer que les moyens seront au rendez-vous. Nous sommes certain-e-s que le Président de la République, le Premier Ministre et les Ministres concerné-e-s mettront un point d’honneur à honorer les engagements pris.

LA JOURNEE INTERNATIONALE DES FEMMES 2010 à POITIERS 25 février, 2010

Posté par pluriparite86 dans : parité féminisme droit des femmes , ajouter un commentaire

INVITATION POUR LA JOURNEE INTERNATIONALE DES FEMMES 2010

Comme chaque année, plusieurs associations féministes de
la Vienne et de Poitiers (entre autres le Collectif Poitevin du droit des Femmes, le Planning Familial, Pluri’Elles pour
la Parité, le CIDFF de
la Vienne), des syndicats (UNSA) et des partis politiques (le Parti Socialiste, les Verts, le Parti Communiste, les Alternatifs), ont travaillé ensemble pour organiser des actions dans le cadre du 8 mars 2010.

En 2010, nous commémorons le centenaire de la création de la journée des femmes, à Copenhague le 8 mars 1910

La journée Internationale des Femmes a 100 ans, le Mouvement de libération des femmes a 40 ans en 2010.

Le collectif du 8mars de Poitiers organise à l’occasion du 8 mars 2010, journée internationale des femmes, un temps de débat, d’échanges et de convivialité.

illustration 8mars        Le samedi 6 mars à l’Espace Mendés France, Poitiers

 

De 14h30 à 15h : Accueil,

De 15h à 16h30 : Les luttes des femmes dans le Monde et en France

Intervenantes : Sophie BESSIS, Planning Familial, Sophie Delahaie, Valérie PALLARD (CHRS), CIDFF, Pluri Elles pour
la Parité.

De 16h30 à 17h : Pause

De 17h à 18h30 : Manifestation du féminisme écrire et agir, 500 ans d’écrits féminismes en France de Christine de Pisan à Simone de Beauvoir

Intervenante : Nicole PELLEGRIN

19h à 21h30 : Soirée cabaret avec le groupe Arscene  Possibilité de se restaurer sur place  Entrée libre

      Le lundi 8 mars 2010, projection du film suivie d’un débat :

·         « 
La Domination Masculine »
un film de Patrick JEAN (2009)

LA JOURNEE INTERNATIONALE DES FEMMES 2010 à POITIERS dans parité féminisme droit des femmes pdf affiche

LES DROITS DES FEMMES ET L’EGALITE SOUS LA BURQUA 4 février, 2010

Posté par pluriparite86 dans : Liens , ajouter un commentaire

Texte écrit par la Déléguée aux Droits des Femmes en Auvergne

En lieu et place d’un ministère visible pour donner aux femmes leur dignité dans tous lesdomaines de la société, la révision générale des politiques a eu d’autres ambitions et notamment celles d’effacer la visibilité et la lisibilité des politiques en faveur des femmes.

De façon insidieuse, un décret rappelle que le mécanisme institutionnel est absorbé dans la Cohésion Sociale, ce qui est une bonne défense au regard de l’Europe de dire qu’il y a bien une institution qui veille sur les droits des femmes et l’égalité entre les femmes et les hommes.

La réalité est plus sinistre.

Le réseau institutionnel des droits des femmes et de l’égalité s’il existe sur le papier est désormais prié de se taire.

En incluant les services déconcentrés au sein des directions interministérielles de la cohésion sociale, ce sont désormais les directeurs, on ne dira pas directrices, il y en si peu, qui porteront la parole de l’État sur les droits des femmes. Des directeurs issus des anciens services des DDASS, de la Jeunesse et Sports ou des services….vétérinaires. Et oui, ce sont eux, qui en général ont bien d’autres préoccupations qui seront « la vitrine » des droits des femmes et de l’égalité.

Les droits des femmes sont désormais « sous la burqua » et n’apparaîtront plus dans les instances auxquelles les représentantes du réseau étaient conviées, puisque ce sont les directeurs qui seront là.

Une politique qui consistera à collecter des statistiques sur des sujets qui ne dérangent pas, une formidable régression au combat des femmes au seul affichage du social.

Bref, la machine à broyer les femmes s’est mise en route. Il suffit de regarder l’administration pour voir que les femmes aux postes de direction sont absentes, alors que le gouvernement propose une loi pour améliorer la place des femmes dans les conseils d’administration dans les plus grandes entreprises . Il a oublié de regarder ses propres

pratiques et c’est toujours aux autres de faire mieux. Où est cette politique de l’Egalité Professionnelle et tout ce qui pouvait tirer les femmes vers leur autonomie? Nulle part.

Les sujets qui dérangent sont désormais étouffés sous la burqua et les femmes aujourd’hui n’ont plus qu’à défendre leur place dans une jungle où chacun est anéanti et où il ne fait pas bon vivre.

Je rajouterai une seule chose à ce texte ; la future loi sur les collectivités territoriales qui va mettre fin à la parité avec les élections à un tour pour les conseillers territoriaux.

La parité dans les dernières élections 18 avril, 2008

Posté par pluriparite86 dans : Liens , ajouter un commentaire

La parité dans les dernières élections dans Liens pdf Parité

Une soirée à ne pas manquer! 19 février, 2008

Posté par pluriparite86 dans : Liens , ajouter un commentaire

Soirée Musicale

Communiqué de presse 8 février, 2008

Posté par pluriparite86 dans : Liens , ajouter un commentaire

Poitiers, le vendredi 8 février 2008

La publication des candidatures aux élections cantonales et municipales reflète bien le constat de L’Observatoire de la Parité et inquiète l’association « PLURI-ELLES POUR LA PARITE » 

Le Conseil général de la Vienne est actuellement composé de 37 hommes pour une seule femme. Hélas le paysage a peu de chances de changer, une seule femme est en passe d’être élue. C’est également le cas au plan national, où 90% des sortants sont réinvestis au détriment des femmes, cantonnées au rôle de remplaçantes.  Ces élections de 2008 étaient l’occasion d’opérer un véritable renouvellement en présentant des femmes sur toutes les places laissées vacantes. 

Les femmes seraient-elles considérées par les partis comme des machines à perdre ? 

Ces messieurs nous répondront qu’elles ne souhaitent pas être candidates !!!  Comment un Conseil général si peu féminisé peut il représenter la société?  La pseudo modernité affichée par cette institution n’est qu’un écran de fumée. Derrière celui-ci, les hommes gardent le pouvoir de manière  très « subtile ! » 

Aux élections municipales, ce sont les femmes qui font les frais du renouvellement.  - Ces élections sont difficiles pour les femmes car elles offrent une prime aux notables et aux sortants, sans compter chez ces messieurs le cumul des mandats et leur répétition dans le temps.  - Cela montre également les difficultés, tout particulièrement pour une femme, de concilier vie familiale, vie professionnelle et le fait d’être  élue. Aussi est-il  urgent pour notre démocratie  de mettre en place un véritable statut de l’élu-e- afin de donner les moyens à toutes les citoyennes et citoyens, quelle que soit leur situation, de pouvoir assumer leur mandat dans des conditions satisfaisantes.  Le combat mené par des femmes pour obtenir les investitures montre bien le manque de confiance de la part des partis envers les femmes. Une femme a plus de preuve à donner pour se voir confier une responsabilité.  Le renouvellement des femmes récemment venues en politique et souvent issues de la société civile permet également, de manière insidieuse, aux hommes de garder « le pouvoir ». Considérer les femmes comme variable d’ajustement empêche une fois de plus la transmission de l’expérience des anciennes élues aux nouvelles et nous craignons comme le signale l’Observatoire de la Parité, que « les conseillères municipales ne se sentent pas complètement intégrées dans les prises de décisions et que beaucoup abandonnent après six ans de mandat. 

Localement, nous regrettons que les Partis de Gauche ne soient pas exemplaires et reflètent la triste réalité décrite par l’Observatioire de la Parité. 

Un triste bilan 9 décembre, 2007

Posté par pluriparite86 dans : Liens , ajouter un commentaire

Sabine Jullian communique:

Un triste bilan dans Liens doc inégalités de salaires

En France, l’écart moyen de revenus entre hommes et femmes s’élève à 37 %. Chez les ouvriers, il est même de 44 %. D’où sortent ces chiffres équivalents au double de l’écart le plus souvent évoqué ? L’Insee, durant une longue période, n’a diffusé que des données pour les emplois à plein temps, qui sont du coup les seules à être utilisées. Comme le montrent ces chiffres, l’écart de taux horaire est bien de 20 % : le reste de la différence s’explique par un moins grand nombre d’heures effectuées par les femmes, qui travaillent plus souvent en temps partiel. Pour en savoir plus, il suffit de lire les études de l’Insee. 

Sabine Jullian communique : 22 novembre, 2007

Posté par pluriparite86 dans : Liens , 1 commentaire

Des femmes lessivées
le 30 août 2007
L’égalité entre hommes et femmes est encore bien lointaine. Une bonne partie des écarts se situent dans la sphère privée et sont rarement quantifiés. Un texte de Louis Maurin, extrait du magazine Alternatives Economiques. 

L’égalité entre hommes et femmes est encore bien lointaine. Une bonne partie des écarts se situent dans la sphère privée et sont rarement quantifiés. A la maison, les femmes assurent en effet la très grande majorité des tâches, même si les hommes mettent un peu la main à la pâte pour s’occuper des enfants, comme le montre une étude du ministère de la Santé et des Solidarités réalisée auprès de 2 700 personnes vivant en couple et ayant au moins un enfant de moins de 14 ans [1Dans 82 % des cas, c’est la mère qui repasse le linge  » toujours ou le plus souvent «  ; dans 72 %, c’est elle qui prépare le repas quotidien ; dans 55 %, elle qui passe l’aspirateur. La seule tâche domestique vraiment exercée par les hommes est le bricolage à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison. Les courses et la vaisselle sont un peu moins déséquilibrées : les femmes les prennent en charge dans la moitié des cas, elles sont partagées dans un peu moins de 40 % des ménages et les hommes s’y collent dans un peu plus de 10 % des occasions. On retrouve les enseignements issus de l’enquête emploi du temps menée par l’Insee en 1999 : à la maison, les femmes assurent les tâches du quotidien les moins valorisées, tandis que les hommes s’occupent de ce qui dure et de ce qui se voit, notamment auprès de l’extérieur. D’accord pour cuisiner, mais quand les invités sont là.  Une division assez similaire des tâches est à noter pour ce qui concerne les jeunes enfants, même si les hommes participent davantage. Ce sont les femmes qui s’en occupent  » toujours ou le plus souvent  » quand ils sont malades, à 62 %, pour les habiller, à 57 %. En revanche, dans les deux tiers des cas, les tâches sont partagées quand il s’agit de jouer avec eux, de participer à leurs loisirs et dans 44 % pour les mettre au lit. Au-delà de la description du partage inégal des tâches, cette étude présente un intérêt supplémentaire : elle dresse une typologie des couples selon les formes du partage domestique. Dans près de la moitié des cas, les mères font tout ou presque ou conservent un rôle essentiel (respectivement 19 % et 28 %). Mais on compte aussi 13 % des couples où les hommes s’investissent vraiment dans les tâches de la maison : dans 7 % des cas, ils participent globalement plus que la moyenne à toutes les tâches, voire dans 6 % des cas assument seuls certaines tâches.  Le partage est le moins déséquilibré lorsque les deux conjoints travaillent et appartiennent au monde des cadres moyens (professions intermédiaires) ou supérieurs. Il est le plus déséquilibré chez les indépendants, quand la femme ne travaille pas ou que l’écart de revenu est élevé. Il faut dire que les ménages du haut de l’échelle sociale ne partagent pas le même volume de tâches domestiques : ils disposent d’un atout pour en éliminer une partie, le recours aux services ménagers financés par des diminutions d’impôts. Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, extrait du magazine Alternatives Economiques, juin 2007, n°259. [1]  » Entre maison, enfant(s) et travail : les diverses formes d’arrangement dans les couples « , Etudes et résultats n° 570, Drees, avril 2007. Disponible sur www.sante.gouv.fr

Rions un peu… 16 novembre, 2007

Posté par pluriparite86 dans : Non classé , ajouter un commentaire

avant d’en pleurer….

Rions un peu!  

Voilà à quoi ressemble notre SNCF en ce moment… et le petit Nicolas qui croit qu’il va résoudre tout sans nous, les citoyens de base! On le sent bien, Noël approche!

AnyB

Enfin le voilà! 12 novembre, 2007

Posté par pluriparite86 dans : Liens , 1 commentaire

Bonjour chères amies!

Enfin, nous voilà en possession d’un instrument qui va nous permettre de nous parler, nous « entre-informer » (ça se dit, ça??) nous éduquer, enfin bref : voilà VOTRE blog. emoticone

A nous, maintenant de le nourrir et de le faire grandir entre nous dans un premier temps puis à l’usage de la cyber-planète toute entière par la suite.

Voulez vous y mettre des infos? La semaine de la solidarité me semble une super occasion.   

Allez visiter : Des nouvelles du front.

 

12

L'info back. |
ouvrir les yeux |
soulrebel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sexagénaire cherche emploi
| le contre pouvoir
| Le Monde et l'argent....